Alimentation & pollution

Alimentation & pollution

Lunch

Dans la lignée de notre bilan d’impacts, nous vous proposons une réflexion plus globale liée au lien entre alimentation et pollution. En effet, l’alimentation correspond à 24% des émissions de gaz à effet de serre totales pour un.e Français.e, d’où l’importance de comprendre comment cela fonctionne. Spoiler alert  : le fait de consommer local est important, mais le plus important se situe dans le choix des aliments ! 

Réfléchir à l'impact de notre alimentation

Nous savons que notre façon de manger a un impact fort sur de nombreux aspects : pollution, emploi, santé … Aujourd’hui nous avons décidé de parler plus précisément de l’aspect lié à la pollution. Cette réflexion fait suite à un article que nous avons partagé sur les réseaux récemment, et qui selon nous, résume bien la situation. Cet article a été publié par Mr Mondialisation au mois de janvier.

Ce qui nous a paru particulièrement intéressant est la place faite à une réflexion globale autour de l’alimentation. En effet, une des choses qui nous est souvent conseillée est de manger local et de saison. On ne peut pas nier que ce sont des habitudes souhaitables pour l’environnement. Plus encore, faire ses achats en proximité et en circuit-court est une façon de soutenir une économie locale, profitable aux petits producteurs, sinon lésés par les grandes chaînes de supermarchés. Il n’est donc pas question de dire qu’il faut arrêter de consommer local, bien au contraire. Mais ce que souligne l’article, c’est que le transport du produit vers le consommateur ne représente que 10% de la pollution générée par l’ensemble de l’industrie alimentaire.

Qu’est-ce qui se cache donc derrière les 90 % ?

Pourquoi manger de la viande est polluant

L’étude, présentée par Hannah Ritchie, montre que les deux phases les plus polluantes sont le changement d’affectation des terres (en vert) et la myriade de processus nocifs sollicités par l’exploitation des sols ou des animaux en amont de l’export. Le graphique ci-dessous montre à quel point ces deux étapes sont nocives par rapport au transport (en rouge). Acheter des produits bio ou respectueux de l’environnement reste donc crucial en terme de pollution.

La viande de bœuf, tout en haut de la liste, a un impact 60 fois plus important que les fruits & légumes présentés. Mais toutes les viandes ont un impact important en terme de pollution, au point où l’étude affirme que ne pas manger de viande un seul jour par semaine a plus de conséquences que de manger local toute la semaine.

Mauvaise nouvelle pour nous, le fromage, ainsi que le chocolat et le café, sont également en très mauvaise position dans le classement. Pour le fromage, c’est parce qu’il est issu d’élevages de vaches qui demandent beaucoup de terrain, à la fois pour les animaux mais également pour leur nourriture. Quant au chocolat et au café, ils sont source de déforestation et sont très demandeurs en eau.

impact alimentation

comment agir à notre niveau ?

Evidemment, nous n’allons pas arrêter de tout manger. Un régime qui séduit de plus en plus est le régime flexitarien, qui consiste à avoir une alimentation éclairée, avec moins de viande. WWF invite par exemple à changer son panier (voir illustration ci-dessous). De notre point de vue, il est important d’être conscient.e de ce qui se trouve dans notre assiette, de diversifier son alimentation et de réduire sa consommation de produits issus de l’élevage. Tout cela sans oublier de se faire plaisir ! C’est ce que nous essayons de vous proposer dans nos menus

alimentation flexitarienne

Est-ce que vous aussi, vous avez changé votre manière de consommer ? Comment ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *